Insolites
Date: 25/06/2009
LE CHAT ET LE CHIEN

Mademoiselle L., monitrice, a pris la mauvaise habitude de venir au centre équestre accompagnée de son adorable chaton, qui hante le club-house où règne un molosse de 80 kg. Pendant sa pause, un samedi, devant les enfants attablés autour d'un gâteau d'anniversaire, elle croit voir son pussy-cat dévoré dans la gueule de Cujo.

Elle va hurler, arracher trois portes du buffet - pourquoi 3 seulement ? - exploser les fenêtres...., menacer de mort avec un couteau de cuisine, le chien et son employeur (à elle, pas du chien !), avant que tout un chacun ne s'aperçoive que le chien jouait avec la demi-portion.

Elle est licenciée sur le champ, condamnée par le Tribunal de police pour dégradations volontaires.

Elle assigne son employeur devant le Conseil des Prud'Hommes. La Cour y voit bien une << faute constitutive d'une cause réelle et sérieuse >>, mais pas une faute grave.

Elle alloue donc 3000 € à l'ancienne salariée qui, de son côté, devra payer 1700 € pour les dégradations.

( Cour d'Appel d'Aix en Provence - 9 ème Chambre C. 25/6/2009 )

Patrick de Chessé, Claudine Eutedjian, Nathalie Moulinas

Téléphone 06.88.88.92.24

      6 avenue Léo Lagrange 13160 Châteaurenard FRANCE

contact@sud-juris.fr

   www.chevaletdroit.com