Préjudices
Date: 24/03/1999
COUR D’APPEL D’AGEN - 1 ERE CHAMBRE - 24/3/1999

Monsieur G. acquiert une résidence secondaire. A côté, Monsieur M. fait paître un cheval, ce qui va gêner Monsieur G., l’animal « passant occasionnellement la tête par dessus la clôture ». En plus, l’animal hennit et fait « des déjections impliquant la présence de mouches ».

Monsieur M. est condamné par le Tribunal d’Instance pour trouble anormal de voisinage, doit reculer sa clôture électrique de 4 mètres et procéder à un nettoyage hebdomadaire sous astreinte de 200 F par jour de retard.

M. saisit la Cour, invoquant l’antériorité de son implantation.

Les magistrats notent que la parcelle est utilisée depuis 1945, que Monsieur M. est exploitant agricole et que « l’antériorité de l’exploitation interdit à Monsieur G. de se plaindre d’un trouble qui, en toute hypothèse, ne présente aucun caractère anormal dans une zone rurale ».

En outre, les juges constatent que l’action de G. n’est dirigée qu’à l’encontre de M. alors que d’autres parcelles sont exploitées par d’autres voisins produisant les mêmes nuisances.

Les magistrats y voient une tentative de règlement de compte et condamnent G. à payer 762,24 € de dommages et intérêts à son voisin.

Patrick de Chessé, Claudine Eutedjian, Nathalie Moulinas

Téléphone 06.88.88.92.24

      6 avenue Léo Lagrange 13160 Châteaurenard FRANCE

contact@sud-juris.fr

   www.chevaletdroit.com